Bio
Statement

@natachaclitandre


2020

Perdu.e.s et retrouvé.e.s
Metrics and Variations on Wandering

2019

Littoral — mise en situation

En pleine croissance

2018

Circulaires

Spectrographies du territoire

2017

La Petite-Patrie par sa petite patrie

Fragments d’hétérotopie urbaine

Autobiographies par Collections

2016

Glimpses of Urban Heterotopias

Une saison, vers 17h45 

2014

Canal H4G

2013

Notes sur un lieu de passage

2010

Capsules montréalaises

2009

Untitled (Passage)

2008

Greenwich Village Video Podcast


Balades à Paris

2007

Brooklyn Video Podcast

2006

Rendez-vous

2005

Vous m’avez vue

2004

Représentation à Saint-Gilles


Sur la disposition

The Winter Sidewalk Patrol

chez vous/chez nous/chez vous


2002

Studio domestique



Mark

EN
I observe ‘daily life’: the way we interact and represent ourselves with others, which changes in contrast with surroundings. First encounters interest me, but specifically my work expresses the bonds an artist establishes with the public through art.

While being sensitive to a city’s range of ‘atmospheres’, I meld myself in everyday spaces. I leave clues or hints by using self-promotional techniques and portable media devices as advertisement. In doing so, I raise questions about what happens when common places and public values are infused with creative intent. People react, and a new mentality emerges among crowds; namely, a logic based on ‘events’. Then, with minimal resources, I create artworks by integrating the various stages of communication I developed during the process.

My process involves rearranging the conventions and standards of exhibition and presentation in the visual arts, graphic design and media. By focusing on specific places and the visual culture encompassed, I can better understand how common spaces shape our relationships with others. These insights, as a result, help me integrate myself in others spaces appropriately.

FR
Souhaitant magnifier le quotidien et briser la routine, je cherche constamment à poser sur mon environnement un regard émerveillé comparable à celui que nous portons sur l'inédit ou l’exotique, tout en demeurant critique. Je scrute avec attention la ville et arpente ses espaces publics de manière sensible, apte à percevoir les diverses strates d'histoire qui y persistent. Aussi, lʼattention portée sur un lieu spécifique et sa culture visuelle me permet-elle de cerner comment nos espaces communs conditionnent notre relation à autrui et mʼincite à mʼy infiltrer de la façon la plus appropriée possible. En résulte une perspective sur certains détails de la ville qui bien que subjective, révèle un contexte social fort représentatif de son époque.

La mobilité irrigue l’ensemble de ma démarche : je m’intéresse tant aux habitudes migratoires de la personne qui vit en contexte urbain qu’à la fluctuation d’ambiances des quartiers et aux déplacements des pôles d’attraction d’une ville. Plus encore, cette notion est pertinente à accoler à ma posture d'artiste puisque je me meus dans différentes villes afin d'y produire une œuvre dont non seulement la forme sera conséquente de son contexte de diffusion, mais son contenu subordonné à certaines spécificités locales. Mon travail met donc en lumière des environnements en mutation économique, sociale et culturelle et revendique des stratégies dʼoccupation qui questionnent la manière dont nous faisons face au changement.


Mark